Les vosgiennes font leur come back

© Photo R.A.N.
© Photo R.A.N.
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Vidéo
C’est reparti pour un défilé d’automne tout en beauté. Les superbes vaches vosgiennes de la vallée se sont mises sur leur trente-et-un, pour une rentrée triomphale de leurs fermes d’altitude.

Elles étaient montées à la mi-mai, au pas de course, vers leurs alpages, pour retrouver l’herbe tendre des hauteurs. Les voici qui reviennent toutes fringantes, dès la Saint-Michel qui donne le coup d’envoi de nouvelles réjouissances en vallée de Munster. La vache vosgienne, c’est la star au pays et la transhumance d’octobre représente la plus grande fête couleur nature du massif vosgien.

Ainsi, le deuxième samedi du mois, le village de Muhlbach-sur-Munster deviendra the place to be de la vallée, là où seront accueillis une dizaine de troupeaux, soit plus de 300 vaches, dans un tintamarre joyeux de cloches ponctuant toute la journée.

Au concert s’élevant de la procession à cornes et à sabots viennent s’ajouter la musique du cor des Alpes, le jodler ou les sonnailles de toupins annonçant le bonheur de ces retrouvailles.

Le parcours des troupeaux est bordé par la foule des visiteurs. L’itinéraire se déploie entre la route du Gaschney, la rue de l’Eglise et l’espace compris entre la salle des sports et le stade. Dans la salle des sports, ce sont les échoppes d’artistes et d’artisans tandis qu’à l’extérieur, des produits du terroir sont proposés à la dégustation. La fête bat son plein jusqu’à 18 heures, quand la soirée montagnarde invite les participants à déguster les spécialités du cru. De Munster on connaît, bien entendu, le menu marcaire avec des spécialités telles que la tourte maison avec salade, le collet fumé, le roigabrageldi et ce délicieux dessert qu’est le siesskas, composé de fromage blanc du jour accompagné de crème fraîche, de sucre et de kirsch (confiture pour les plus jeunes). Que la montagne est belle…

Fidèles au poste, Lili et Jeannala

Jeannette, alias Jeannala, greeter en vallée de Munster

Jeannette, alias Jeannala,
greeter en vallée de Munster

Elles font partie du groupe des Greeters, ces « accueillants » de la vallée, une douzaine, attachés à faire découvrir gracieusement leur beau pays aux visiteurs. Elisabeth, plus connue sous le nom de Lili, Munsterienne pur jus, propose une autre approche de la vallée entre Parc des cigognes et colline de Narrenstein, ponctuée d’anecdotes et de légendes fascinantes.

Jeannette (Jeannala pour les locaux), née à Eschbach-au-Val, s’intéresse surtout aux traditions et organise des balades autour du Petit Ballon, la montagne la plus proche. Elle fait également des tournées en dialecte car la survie du parler alsacien fait partie de ses grandes priorités.
Chez l’une comme chez l’autre, on est entre les meilleures mains.

 

Contacts et rendez-vous

Jean-Claude Mann, sellier bourrelier

Jean-Claude Mann, sellier bourrelier

Sellier bourrelier, voici un métier devenu fort rare. Dans la vallée de Munster, c’est Jean-Claude Mann, troisième du nom, qui perpétue la tradition. Le sellier bourrelier fabrique le collier adapté au toupin (cloche en tôle d’acier) ou à la clarine (cloche en bronze) provenant de chez le fondeur. Le collier en question devient une véritable œuvre d’art qui se transmet d’une génération à l’autre.

A ne pas manquer, le musée de la Schlitte et des métiers du bois où l’on découvre le circuit de la précieuse matière depuis la forêt jusqu’au fond de la vallée. La schlitte fait office de véhicule ancestral pour faire glisser le bois le long des pentes avec les épaules du schlitteur faisant office de guidon. Le charretier prend alors la relève pour porter le bois du village à la scierie.

Coordonnées

Tél. : 03 89 77 61 08

Ligne Bleue espace détente

Tél. : 03 89 77 61 34
Les joueurs de cor des Alpes.

Les joueurs de cor des Alpes.


Vidéo


Focus

Glou-glou guili-guili miam-miam

Ça frétille, ça chatouille et ça grignote. Que ne ferait-on pas pour chouchouter les amateurs de détente et de bien-être ? La vallée ne manque pas, pour cela, de belles adresses spécialisées dans les soins, bains, gommages et autres modelages. Parfois même, les abonnés à ces petites attentions se voient proposer des formules sortant du lot. Comme à Muhlbach avec la « fish pedicure » où ce sont de petits poissons (garra rufa) venus du Moyen-Orient qui se chargent de vous débarrasser de vos cellules mortes cutanées pour vous laisser repartir avec une peau de bébé. Cette technique imparable d’exfoliation tout en douceur, nous l’avons testée. C’est, en deux mots : le pied !