Mille ans de mémoire dans un vaisseau de pierre

Une année d’hommages 
© istock
Une année d’hommages © istock
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :VidéoDiaporama
Elle a ébloui les plus grands esprits que compte l’Occident. La somptueuse cathédrale de grès rose célébrera cette année son millième anniversaire.

Elle retient déjà sa respiration avant de souffler le millier de bougies qui l’attendent. Gœthe voyait en elle le promontoire de tous les vertiges, Hugo en parlait comme d’un « prodige du gigantisme et du délicat », Elias Canetti, prix Nobel de littérature, adorait en faire l’ascension, Louis Aragon, poète national, prenait à témoin cette cathédrale « couleur du jour », comptant « les mois et les moments » dans l’attente du départ de l’occupant venu de l’Est.

A l’heure du ready-made, des créations éphémères, du jetable et de la déconstruction, l’existence de tels tours de force architecturaux, alliant puissance et beauté, apporte un air autrement vivifiant au patrimoine régional.

La cathédrale de Strasbourg connut nombre d’outrages et d’incendies au cours des siècles. Elle fut protestante pendant un siècle et demi, devint catholique en 1681 puis « temple de la Raison » sous la Révolution, affublée d’un bonnet phrygien. Les trois portails de sa façade invitent à l’envolée mystique, sa chaire étourdit par l’exubérance des statuettes qui l’escortent, son horloge astronomique fait l’objet d’une admiration sans bornes qui lui vaut des milliers de fans de par le monde. Pas moins de 4 millions de visiteurs pénètrent chaque année dans la cathédrale, qui entamera bientôt son second millénaire d’un pas… léger.



Diaporama

[Not a valid template]

Vidéo


Une année d’hommages

Notre-Dame de Strasbourg fêtera le millénaire de ses fondations du 7 septembre 2014 au 6 septembre 2015. Pèlerinages, spectacles, concerts, expositions, conférences ou projections viendront célébrer ce moment exceptionnel cher au cœur de tous les Alsaciens.

Focus

Les chiffres du prodige

La grande rose rayonnant au centre du frontispice mesure 15 mètres de diamètre. La flèche s’élève à 142 mètres au-dessus du sol. L’ascension se fait au terme d’une spirale de 329 marches. Les vitraux monumentaux comportent 70 baies et 4 500 panneaux. La chaire sculptée est décorée d’une cinquantaine de statuettes. L’orgue rénové au 18e siècle par André Silbermann comptait 2 200 tuyaux dont 250 ont été récupérés pour la réalisation de l’orgue actuel. Des centaines de tonnes de béton ont été injectées sous l’édifice afin d’en renforcer les fondations.