Le mot de la rédac : Des mille et des cents

© photo R.A.N.
© photo R.A.N.
A-  |  A+

Deux anniversaires considérables  marqueront l’année à venir en Alsace. En premier, le millénaire de la cathédrale de Strasbourg, immense livre de pierre, flambeau somptueux de culture et de savoir. Quel artiste, écrivain ou poète n’a pas été ému, impressionné, enflammé par la cathédrale-de-grès-rose dressant sa flèche unique au cœur du monde rhénan ?
Une cathédrale « couleur du sang » qui « compte inlassablement les saisons, les mois, les moments », pour reprendre un poème fameux de Louis Aragon. Le chantre de la France insurgée y raconte le sursaut national préludant à la Libération. Ainsi, du haut de ses tours, l’édifice sacré a suivi le cours des siècles.
Il y a cent ans précisément, ce fut l’amorce du premier grand conflit mondial, alors que l’Alsace vivait à l’heure allemande après avoir été annexée au Reich par le traité de Francfort en 1871.
Cette année marquera ainsi un deuxième anniversaire, celui des terribles combats ayant jeté dans la tourmente les Français, les Allemands et ces Alsaciens ballottés entre deux langues, deux cultures, payant une nouvelle fois le prix fort à cette terre de passage qui est la leur.
Côté cathédrale, le visiteur de l’Alsace ne manquera pas de parcourir du regard l’univers minéral sublimé par les tailleurs de pierre, compagnons et tâcherons qui ont apporté à l’église ses vies multiples. Tout un monde y est raconté, sur ses portails, autour de sa grande rose ou à l’intérieur de ses murs, là où des artistes fabuleux ont laissé l’empreinte de leur génie.
L’autre regard sera à porter du côté des territoires où s’est déchaînée la fureur de la Grande Guerre. Sur le front des Vosges précisément, qui fut le théâtre tragique où tombèrent les armées rivales dans un vaste charnier d’altitude.
Musées, expositions, circuits du souvenir racontent ce drame régional. Le travail de mémoire devenu plus que jamais indispensable, les dirigeants français et allemands se réuniront bientôt en Alsace pour renouveler un pacte d’amitié, pour une abolition des frontières entre les cœurs et entre les mentalités.Nous souhaitons à nos lecteurs un bel été alsacien, toujours riche en découvertes et en rencontres, au carrefour d’une Europe qui reste encore à consolider.